Pages Menu
Categories Menu

Stratégies pour un multi-table tournament (M.T.T.)

Les MTT ou tournois multi-tables sont des parties de poker qui se déroulent à une heure précise et qui rassemblent plusieurs joueurs sur différentes tables. Chaque participant doit y payer un buy-in de la même valeur à l’inscription. L’objectif dans ce genre de tournoi est de survivre jusqu’à la fin (à la table finale) et de ramasser tous les jetons. Il arrive ainsi qu’un MTT puisse durer 4 heures d’affiler.

Les joueurs atteignant les meilleurs classements dans un MTT gagnent des prix, mais ce sont les 3 trois premières places qui sont les mieux récompensées. Si vous voulez tenter l’expérience d’un MTT en ligne, voici quelques astuces qui pourraient vous aider à gagner un tournoi ou, tout du moins, à tenir plus longtemps aux tables et briguer une place payée.

 

Réfléchissez bien avant de faire un tapis

Un tapis ne se fait pas sans réfléchir. Il est par exemple inutile de suivre un tapis avec des cartes comme KQ ou AJ assortis ou encore 55, surtout si c’est le joueur ayant fait la première parole qui fait le all-in et qu’il a plus de jetons que vous. Cette situation ne vous est pas favorable. D’autres occasions plus profitables et qui ne mettront pas votre place au tournoi en péril se présenteront à l’avenir. La patience est parfois la clé du succès dans un MTT.

 

Ne jamais relancer pour un tirage

Si vous avez des mains fortes, la relance est indispensable pour gagner des jetons plus rapidement. Par contre, si vous attendez encore un tirage au flop, il est inutile de relancer, car vous risquez de perdre beaucoup si la carte que vous attendez n’apparaît pas.

Il est également recommandé de ne jamais mettre tout votre stack en jeu. En effet, une main comme un AK est peut-être très forte, mais si vous ne touchez aucune carte au flop, vous risquez de perdre même contre une paire de 2. Avec un AK, le mieux sera de faire une relance pré-flop et si l’une des cartes que vous attendez apparaît au flop, il suffira alors de miser le pot. Avec cette stratégie, les adversaires devraient se coucher sauf s’ils touchent également. Si jamais vous ne touchez pas au flop, il suffira de checker. C’est une stratégie à prendre surtout si vous avez encore beaucoup d’adversaires encore en lice.

 

Évitez de faire un tapis avec une mauvaise paire

On est souvent tenté de suivre un tapis avec une paire comme QQ ou JJ. Or, il est préférable de se coucher avec ce genre de mains surtout s’il y a plus de 2 joueurs dans le coup. Les chances de battre de nombreux joueurs avec ces cartes sont moindres. Des mains comme QQ et JJ doivent être relancées avant le flop et si un As ou un Roi apparaît au flop, il faudra rester prudent car il y est fort probable que l’un des joueurs ait une paire plus forte. Cette stratégie de jeu est appelée «  weak-tight  » ou serré-passif.

 

Évitez de comparer vos jetons à celui du Chipleader

Dans un tournoi, on a souvent tendance à comparer nos jetons avec celui du Chipleader (celui qui a le plus de jetons à la table) pour en calculer l’écart. Cela est inutile et ne fera que vous déstabiliser tout en ne changeant rien du tout ! Vous pourrez même songer à changer de stratégie en prenant plus de risques ce qui vous mènera plus rapidement à votre perte.

Même en étant le short stack de la table, vous pouvez très bien devenir le grand gagnant quelques heures plus tard en jouant finement. C’est avec cette attitude que l’on peut survivre et atteindre son but dans un tournoi.

 

Ayez toujours de l’espoir

Au milieu d’un tournoi, on a parfois tendance à être découragé, particulièrement s’il ne reste que peu de chose de notre tapis. Mais même dans ce genre de situation, il faut tenir bon car le moral importe beaucoup au poker. Soyez donc patient. Le mieux que vous pouvez faire sera de continuer à jouer de bonnes mains et d’éviter de paniquer en prenant de mauvaises décisions comme faire un tapis avec un QJ en milieu de parole.

Le mental est important au poker et dans des tournois de longue haleine comme un MMT, il est toujours important de rester positif et de se dire que bientôt, on aura un KK ou un AA. L’attente peut être longue, mais il faut savoir profiter de sa position. Il serait vraiment dommage d’avoir tellement investi pour ensuite se faire éliminer par un simple coup de tête et un petit moment de découragement.

 

Profitez de vos mains fortes

Caller avec des mains fortes peut être profitable, mais vous pouvez en bénéficier encore plus en faisant des relances. Une relance ou une sur-relance vous permettra à la fois de récolter de l’information et de construire un pot. Si vous touchez une paire max au flop par exemple et s’il y a une relance, mieux vaut sur-relancer pour engendrer un pot plus intéressant. Si vous vous contentez de caller et que vos adversaires n’ont encore rien au flop, vous n’emporterez qu’un petit pot. La relance permet aussi de récolter des informations sur vos adversaires et c’est souvent mieux joué qu’un call.

 

Évitez de jouer les mains faibles

Souvent, particulièrement lorsqu’on a un petit stack, on voudrait jouer les mains faibles sous prétexte que l’on a en face de soi un gros pot. Or, cela pourrait vous faire perdre beaucoup puisque les mains médiocres ne s’améliorent que faiblement sur le flop. Se coucher est donc souvent la bonne décision quand on n’a pas de bonnes cartes.

Encore une fois, la patience sera votre alliée. Il vous faut savoir attendre, car il y aura toujours de bonnes mains plus tard. N’oubliez pas qu’au poker, aucun point n’est accordé même si vous jouez à tous les coups. Là n’est pas l’objectif du poker ! Donc, il faut surtout se concentrer sur les mains les plus fortes pour encaisser des pots.

 

Calculez vos mises

Savoir miser est vraiment important dans un tournoi de poker. Certains joueurs calculent même leurs mises pour ne pas rater leurs coups. En effet, le comportement des adversaires dépend en général des mises. Par exemple, si vous pariez très haut pour un petit pot, il se pourrait que personne ne vous suive car elles ne veulent pas risquer de perdre beaucoup pour rien, sauf si elles sont sûres d’avoir une bonne main. Vous devrez donc toujours calculer finement vos mises en fonction du pot et de la valeur des jetons de vos adversaires.

 

Ayez une approche simple et efficace

Pour ne pas être confronté à une décision difficile, il vaut mieux toujours avoir une approche simple et efficace. Par exemple, il faut éviter de caller systématiquement avec des pocket paires car elles ont souvent peu d’équité post-flop. En général, les paires n’ont que deux outs. Par contre, les cartes assorties ont un éventail plus large puisque leur équité est de plus de 5 % au flop et vous aurez ainsi plus de chances de toucher une carte.

 

Sachez exploiter votre position

La position tient un rôle essentiel dans la prise de décision au poker. Si vous êtes en début de parole, il est conseillé de jouer très serré puisque vous n’êtes pas en mesure de prévoir le comportement de vos adversaires. Il n’est donc pas recommandé de ne jouer que des mains fortes comme AA, AK ou KK. En milieu de parole, vous devez garder les mêmes stratégies qu’en début de parole, cependant, vous pouvez déjà caller avec des mains comme KQ ou AJ. Vous pouvez également suivre même avec des pocket paires plus bas comme 55.

En fin de parole, vous pouvez jouer beaucoup plus de mains. Seulement, vous devez observer le style de vos adversaires, surtout les joueurs aux blinds, et adapter votre jeu selon la dynamique de la table. Par exemple, si les joueurs sont très agressifs, il vous faudra jouer plus serré. L’important est de savoir s’adapter à chaque situation et de prendre la bonne décision en fonction des informations dont vous disposez.

 

Évitez le bluff si vous n’avez pas une bonne raison de le faire

Dans un tournoi, le bluff peut vous coûter cher, surtout durant la première phase du jeu. Evitez donc de bluffer si vous n’avez pas une bonne raison de le faire et surtout si vous ne savez pas être convaincant. En revanche, si vous êtes un bon bluffeur, cela vous sera extrêmement utile une fois arrivé à la dernière phase du jeu, à la table finale, où de bons bluffs peuvent facilement vous faire remporter le tournoi.

Ne soyez pas déstabilisé par la Bulle

La Bulle désigne une phase du tournoi, alors dans sa phase finale, où les participants sont à quelques pas des places payées. C’est généralement là que la pression se fait sentir et que les joueurs bloquent ou commencent à paniquer !
Ne soyez pas déstabilisé par la Bulle et jouez simplement la prudence. Profitez de chaque situation et abordez chaque main la tête claire. Pour avoir plus de chance de survivre à cette étape, mieux vaut vous coucher lorsque vous n’avez pas une main très forte comme KK ou AA, surtout si vous avez un petit stack. Et dans le même ton, si vous avez un gros tapis, n’hésitez pas à marteler vos adversaires en les mettant à tapis à chaque bonne occasion.

 

Évitez à tout prix le tilt

Si vous avez perdu votre AK contre un A5 et que ça vous a coûté une bonne partie de votre stack, restez calme et dites-vous que c’est le jeu. N’essayez surtout pas de récupérer à tout prix votre perte ou de vous venger, car ce faisant, vous ne ferez sûrement que vous enfoncer. Vous prenez le risque de faire n’importe quoi en jouant sur le coup de l’émotion et surtout sur des mains spéculatives. Prendre des risques inutiles peut vous faire perdre encore plus. C’est ce qu’on appelle «  tilter  » au poker, c’est à dire jouer sans logique, sans réfléchir, bref, perdre le contrôle.

Gardez en tête qu’au poker, il faut savoir tourner la page et garder son sang-froid afin de toujours prendre les meilleures décisions.

 

Préparez-vous bien avant un MTT

Faire un tournoi de poker MTT en ligne nécessite de la disponibilité et être dans de bonnes conditions puisque, comme on a dit plus haut, les parties risquent de prendre des heures. Par exemple, si vous n’avez pas bien dormi et que vous êtes fatigué, il est inutile de participer à un MTT, car vous risquerez de vous endormir ou d’être éliminé en début de partie à cause d’un manque de concentration. Pour gagner un tournoi, il faut être en bonne forme, aussi bien mentale que physique, et avoir l’esprit affûté, prêt à en découdre.